Choisissez une langue



Restaurations plastiques

Lampe de polymérisation
Technique de mordançage et restauration finie

Les matériaux de restauration plastique sont appliqués à l’état mou ou malléable dans la cavité.

Le matériau va autodurcir car il a été auparavant mélangé avec différents composants s’activant réciproquement ou bien la réaction de prise est déclenchée par énergie lumineuse au moyen d’une lampe de polymérisation.

Les composites sont constitués de composants à base de résine (matrice) et de particules de charge (minuscules billes ou paillettes de dioxyde de silicium). La résine permet la réticulation de la restauration, tandis que les éléments de charge empêchent une usure trop rapide (stabilité d’abrasion). Le durcissement induit par la lumière a presque fait disparaître les variantes à deux composants (phase de mélange). L’un des plus grands avantages des composites modernes est la possibilité de coloration parfaite de la restauration. L’un des inconvénients est la rétraction provoquée par la polymérisation lors de laquelle le matériau se contracte légèrement.

Les ciments verres ionomères se forment après avoir mélangé des acides organiques (acide polyacrylique) et une fine poudre de verre. Ils ont une bonne dureté, mais sont malheureusement également cassants. C’est pourquoi ils ne sont pas indiqués pour des restaurations devant résister à une pression accrue de mastication. Ils sont par contre recommandés pour les reconstructions coronaires ou les restaurations de reconstruction préparatoires à une couronne ou encore comme fonds de cavité pour les composites et comme provisoires à long terme. Le ciment verre ionomère forme une liaison chimique avec la dentine et l’émail, et adhère donc très bien à la substance dentaire dure. Les ciments verres ionomères renforcés avec des particules d’argent sont un sous-groupe des ciments Cermet. Ils ont une couleur gris argenté alors que les ciments verres ionomères normaux existent dans différentes teintes dentaires.

Compomères. Cette classe de substances s’est développée à partir des composites et des verres ionomères. En fait, il s’agit de matériaux composites modifiés. Ils se rapprochent des composites dont ils ont un peu les mêmes propriétés. Les restaurations en combinaison avec la technique adhésive permettent une bonne étanchéité des bords.

Ormocères. On désigne par là de la céramique modifiée organiquement. Comme les composites et les compomères, les ormocères contiennent une matrice en résine acrylique et des éléments de charge très fins. Ils ont la même couleur que la dent et sont fixés à cette dernière au moyen de la technique adhésive. Les ormocères contiennent un réseau organique et également inorganique. C’est ce qui les différencie des matériaux composites, même si le traitement et l’aspect sont semblables. 

Système de capsules d’amalgame
Traitement de l’amalgame

Amalgames. Chimiquement, les amalgames sont des alliages de mercure avec d’autres métaux. Au-dessus d’une température de –38,9 °C, le mercure est un métal liquide qui, au contact d’autres métaux, forme une liaison chimique. Pour les amalgames dentaires, on utilise toujours le même pourcentage de mercure que l’on associe à un alliage sous forme de poudre, dont le principal constituant est l’argent. L’amalgame peut également contenir du cuivre, de l’étain et du zinc. Après un dosage préalable, le mélange est réalisé dans des appareils spéciaux de mélange. Les systèmes de capsules dans lesquels les quantités correspondantes de poudre et de mercure sont déjà contenues sont d’un emploi plus sûr. Le développement des amalgames non gamma 2 a permis d’améliorer les propriétés des matériaux et de réduire les phénomènes de corrosion comme le noircissement et les surfaces poreuses. 

D’un point de vue technique et de matériau, l’amalgame possède des propriétés idéales comme matériau de restauration des dents postérieures :

  • sensiblement la même dureté et la même résistance à l’abrasion que l’émail dentaire ;
  • grande stabilité de pression ;
  • stabilité de dimension pendant la solidification ;
  • transitions avec la dent sans interstice adjacent ;
  • bonnes propriétés de traitement.

Particularités dans l’utilisation des amalgames :

  • la pose ou l’élimination d’une restauration à l’amalgame sont déconseillées chez les femmes enceintes ou allaitantes. L’indication chez les enfants doit être soigneusement pesée.
  • les troubles graves de la fonction rénale constituent une contre-indication relative.
  • en cas d’hypersensibilité prouvée par un test d’allergie, il est préférable de renoncer à un amalgame.